Julie Robard-Gendre commence ses études musicales au Conservatoire de Nantes où elle obtient ses prix de saxophone, flûte à bec, musique de chambre, de solfège et d’écriture.

C’est en écriture qu’elle entre en 2000 au CNSM de Paris et elle y poursuit alors les classes de Polyphonies Renaissance, les classes d’Harmonie, d’écriture XXe, d’analyse et d’orchestration. Parallèlement à ses études d’écriture, elle débute le chant et est admise en 2003 au CNSM de Paris dans la classe de Mireille Alcantara et se perfectionne auprès d’Yvonne Minton et Waltraud Meyer. Elle y rencontre également Agnès de Brunhoff avec qui elle continue de travailler aujourd'hui. 

Après avoir brillamment obtenu son prix de chant au CNSM de Paris, elle commence à chanter sur de nombreuses scènes françaises: Le Prince charmant (Cendrillon/Massenet) à l’Opéra de Massy, Tisbe (La Cenerentola) au sein des opéras de Vichy, Reims et Avignon, Marcelline (L’Attaque du Moulin/Bruneau) à l’opéra de Metz et à Berne, Mercedes (Carmen) aux opéras d’Avignon et de Massy, Siebel (Faust) au Grand-théâtre de Tours, le Page (Rigoletto/Verdi) aux Chorégies d’Orange, Meg Page (Falstaff/Verdi) à l’Opéra-théâtre de Metz et Myrtale (Thaïs/Massenet) à l’Opéra d’Avignon.

 

Dans le répertoire contemporain, Julie Robard-Gendre collabore avec de nombreux compositeurs dont Michaël Levinas qui lui confie le rôle de la Huppe (La Conférence des oiseaux) à la Biennale de Venise et Les Aragon qu’elle chante avec l’ensemble L’itinéraire à la Philharmonie du Luxembourg. Au sein de L’ARCAL, elle participe à la création de Ni l’un ni l’autre avec les compositeurs de l’Ensemble Multilatérale et chante le rôle de Maria Smith dans Les Quatre jumelles de Régis Campo avec l’ensemble TM+.

Ces dernières années ont été marquées par des prise de rôle importantes : 

Carmen à l’Opéra de  Reims, Orphée (Orphée et Eurydice) dans une mise en scène d’Emmanuelle Bastet à Angers-Nantes Opéra et Belle-Hélène à l’Opéra de Rennes (mise en scène Vincent Tavernier), en Avignon et à Vichy.

Elle a fait également ses débuts au Festival d’Aix-en-Provence dans le rôle de Ramiro (La Finta giardiniera/ Mozart), a chanté le rôle de Kuchtik (Rusalka/Dvoràk) à l’Opéra de Monte-Carlo  et  les  Nuits d’été accompagnée de Roger Muraro à l’Opéra de Rennes.

Elle a interprété Hermia (Les Caprices de Marianne /H. Sauguet) produit par le CFPL, ce qui l’a menée pendant deux ans en tournée dans de nombreuses maisons d’opéra (Massy, Marseille, Rennes, Toulouse, Saint-Etienne, Bordeaux…).

Elle a pris part à une redécouverte par la compagnie les Frivolités parisiennes du Guitarrero de Fromenthal Halevy dans lequel elle incarne Zarah (mise en scène de Vincent Tavernier).

Plus récemment, elle a joué le rôle du Prince Raphaël dans La Princesse de Trébizonde d’Offenbach à l’Opéra de Limoges, et s’est produite dans Die Zauberflöte et Eugène Onéguine (Olga) à Nice, Metz et Reims, ainsi que  Carmen à l'Opéra de Rennes qui a fait l'événement lors d'une captation retransmise en direct dans 24 villes de Bretagne.

Elle a été également une Ghita unanimement saluée par la critique dans Der Zwerg/Zemlinsky à l'opéra de Lille, de Rennes et de Caen dans une mise en scène de Daniel Jeanneteau, et a retrouvé le rôle-titre d'Orphée et Eurydice de Glück à l'opéra d'Avignon.

La saison passée a été celle des débuts de Julie Robard-Gendre à l'opéra de Paris. D'abord dans les Huguenots dans une mise en scène de Andreas Kriegenburg puis dans die Zauberflöte (zweite dame) dans la production de Robert Carsen. Elle a eu le grand bonheur de chanter le rôle du Prince charmant dans le Cendrillon de Massenet à Angers-Nantes Opéra.

Cette saison 2019/2020 s'ouvrera par le rôle de la Reine Gertrude  (Hamlet/Thomas) dans une nouvelle production de Franck Van Laecke dans les opéras de Nantes, Rennes puis Angers. Elle retrouvera le rôle-titre de la Belle-Hélène mais cette fois à l'opéra de Lausanne et dans la mise en scène de Michel Fau et sous la direction de Pierre Dumoussaud. Au printemps viendra une nouvelle prise de rôle: Dulcinée (Don Quichotte/Massenet) à l'opéra de Tours, pour finir ensuite la saison par Meg Page (Falstaff/Verdi) à l'opéra de Lille, mise en scène de Denis Podalydès et qui fera l'objet d'une captation.

Au concert, Julie chantera la messe en ut de Beethoven à la seine Musicale avec Insula Orchestra, les nuits d'été (Berlioz) avec l'orchestre symphonique d'Orléans, direction Marius Stieghorst et enfin le poème de L'amour et de la mer (Chausson ) ainsi que Il tramonto (Respighi) avec l'orchestre Régional de Normandie (direction Jean Déroyer) dans le cadre du festival Normandie Impressioniste.

 

PROJETS

Gertrude/Hamlet/Angers-Nantes Opéra et Opéra de Rennes

Belle-Hélène/Opéra de Lausanne

Dulcinée/Don Quichotte/Opéra de Tours

Meg Page/Falstaff/Opéra de Lille, Luxembourg et Caen

Nicklausse/les contes d'Hoffmann/Opéra royal de Wallonie

Messe en ut/ Beethoven/Insula Orchestra/ Duncan Ward/La seine Musicale

Nuits d'été/Berlioz/Orchestre symphonique d'Orléans/Marius Stieghorst

Poëme de l'amour et de la mer/ Chausson/orchestre régional de Normandie/ Jean Déroyer

ROLES EN PREPARATION

Komponist/Ariadne aus Naxos/Strauss

Sesto/la  clemenza di Tito/Mozart

Charlotte/Werther/Massenet

Lucretia/The rape of Lucretia/Britten

*Crédit photographique Christine Ledroit-Perrin