top of page
Rechercher

La tragédie de Carmen / Théâtre des Champs-Élysées / Revue de presse

"Julie Robard Gendre, enfin, séduit par son timbre capiteux, ses graves assurés, son implication de tous les instants – mais aussi sa caractérisation fine du personnage, sorcière inquiétante autant que femme fatale prenant les hommes au piège de sa séduction. Une caractérisation qui doit certes à son chant, mais aussi à sa physionomie particulièrement expressive, capable de rendre compte finement des sentiments qui agitent le personnage."

Stéphane Lelièvre / Premiereloge

"La mezzo-soprano Julie Robard-Gendre est ensorcelante dans le rôle-titre. Sa Carmen attise les braises et entretient avec chacun des personnages un jeu d’ardente séduction, y compris avec Micaëla qu’elle défie autant qu’elle provoque en l’enlaçant et l’embrassant sur la bouche. Elle est sans limite et sa liberté est totale. Carmen semble être une seconde peau pour son interprète tant elle prend possession du personnage en devenant la femme séductrice et charnelle voulue par Mérimée."

Brigitte Maroillat / Forumopéra

"Lorsqu’enfin la bohémienne se dévoile, c’est la révélation. La mezzo-soprano Julie Robard-Gendre est captivante dans le rôle titre. Elle attire inévitablement le regard et évolue avec un naturel épatant dans la peau de la jeune et dangereuse Carmen. L’Amour est un oiseau rebelle est mis en scène comme un grand tube de variété, on se croirait un instant chez les Carpentier et cela fonctionne. En quelques notes, l’interprète prend possession du public et devient la femme puissante, séductrice et charnelle que nous décrivait Mérimée."

Peter Avondo / Snobinart


Lien vers extrait de répétitions / Séguedille




7 vues0 commentaire
bottom of page